8 décembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Technologie

Cybersécurité : 5 bonnes attitudes à prendre pour limiter les attaques numériques

La désinformation semble ceder de plus d’un pas au cracking des réseaux et d’identités à l’espace virtuel. Ce phénomène capable de faire une centaine de millions des victimes en quelques minutes, semble moins contrôlé et en fait plus dans les applis de Méta (Facebook et Instagram) que d’autres, comme Twitter, où le système de sécurité est plus efficace.

Après une vague des Fake News signalée en fin d’année 2021 et début 2022, des témoignages, alertes sur les cyberattaques, enflent du jour au lendemain sur les réseaux sociaux, dont Facebook principalement.

Conçu notamment pour servir d’un Open Space, le trombinoscope (Facebook) est devenu en revanche un canal de toutes menaces virtuelles : marabout, dépoteur, sponsors etc., tous ont le même mode opératoire. Ils passent d’un faux compte à un autre, et sont capables d’atteindre plus de 1K de personnes par un même message, et en un seul clic. Il leur suffit d’un compte non protégé (ouvert à un tiers) pour lancer la chaîne de contrôle de milliers d’autres, en passant d’une victime à une autre.

5 bonnes attitudes à prendre dans la sphère du numérique pour l’échapper belle

1. Un compte = un téléphone

Cette méthode est sans doute la plus efficace pour éviter les actions malveillantes qui gravitent dans l’orbite des génies informaticiens, des super internautes et des croqueurs de comptes.

Les hackers ne sont pas des extraterrestres, moins encore des magiciens. Ils n’entrent que s’ils trouvent une voie libre. Ainsi, les personnes qui ont l’habitude de se connecter sur les différents appareils et navigateurs sont plus exposées que celles qui ne se connectent qu’à partir de leurs propres téléphones.

2. Auto surveillance

Examiner quotidiennement toutes les activités sur vos comptes (message, notification, identification…).

Examiner les demandes, les abonnements et les suggestions d’amis. Ceci implique à n’accepter que les demandes des gens que l’on connaît ou des nouvelles connaissances. Vérifiez qui peuvent voir ces que vous postez, qui peuvent vous identifier dans leurs posts.

Pour ce qui est de la discussion, il est toujours préférable de consulter le profile de l’expéditeur, ou des membres, s’il s’agit d’un groupe avant d’accepter de rejoindre la discussion.

Vous recevez souvent des demandes de groupes de discussion dont vous ne connaissez aucun membre, et, si vous entrez dans la messagerie, vous vous trouvez en face des personnes toutes étrangères, qui ont toutes, leur attention sur vous, et ce sont souvent des acteurs, célébrités pornographiques qui vous demandent de visiter des sites pour y regarder leurs vidéos. N’hésitez pas de supprimer ces demandes, car, sont souvent des spams.

Vous pouvez aussi dans les paramètres et confidentialité, gérer les autorisations, les publicités et les identifications ou les tags dans des posts.

3. Surveiller son entourage virtuel

Il est toujours important de savoir comment vos amis se comportent sur les réseaux sociaux pour repérer une activité inhabituelle sur leurs comptes et leurs pages. L’identité numérique d’une personne dénote sa responsabilité ou non à une activité malveillante.

4. Ne pas partager ses données confidentielles

Il faut toujours examiner les demandes provenant de vos amis sur vos données confidentielles. Un ami vous demande de lui envoyer une capture de votre pièce d’identité, le numéro de carte bancaire et même vos coordonnées téléphoniques. Il est important de savoir pourquoi il en demande, s’il en déjà demandé une fois, pourquoi il en veut encore ? Pourquoi il ne les a plus ?

Les hackers ne savent pas répondre concrètement à ces questions. Ils ont toujours l’air pressé face à leurs cibles, puisqu’ils en ont des milliers. Vous répondre à toutes vos questions est une perte de temps inutile.

5. Signaler en masse pour limiter la chaîne d’attaque

Si vous vous trouvez face à une situation inhabituelle (une conversation ou un compte suspect) ayez toujours l’habitude de signaler le plus vite possible à la direction de Facebook ou l’administrateur s’il s’agit d’un groupe ou d’une page. Prévenir les autres en les invitant à signaler eux aussi pour limiter la chaîne de victimisation.

Pansez votre identité numérique et examinez celle de votre entourage pour le bien être virtuel de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *