10 décembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Education

Tshopo : poursuite de la grève dans les écoles primaires publiques, le secrétaire provincial du SYECO fait le point

La grève des enseignants des écoles primaires du secteur public continue et le président du Syndicat des Enseignants du Congo (SYECO) estime que cette question n’est pas dans les priorités du gouvernement.

Plus de deux semaines sont passées, depuis que les enseignants du primaire des écoles publiques ont déclenché une grève pour revendiquer l’amélioration de leurs salaires et prime de gratuité, tel que promis par le gouvernement congolais. Les jours passent et les semaines commencent à se succéder, mais aucune solution ne pointe à l’horizon. Dans son entretien avec notre rédaction ce vendredi 20 mai 2022, Joseph Litete, secrétaire provincial du Syndicat des Enseignants du Congo, pense que dans ce problème, le gouvernement avait sa priorité.

Pour le gouvernement, la priorité c’était d’abord de payer les Nouvelles Unités. Il se démène d’abord pour faire entrer les enseignants qui étaient hors listing dans la liste des enseignants qui n’étaient pas pris en charge par l’Etat, ce sont eux qui devraient être pris en charge. Et la grande préoccupation de l’Etat c’était d’abord ça. Il a trouvé que bon, au lieu de zéro, il fait quand même quelque chose, mais nos collègues de primaires veulent qu’on puisse majorer leur prime de gratuité, et aussi par conséquent. D’après leurs revendications, ils demandent la prime auprès des parents, chose que le gouvernement ne veut pas sentir.

a-t-il expliqué.

Joseph Litete invite les enseignants du primaire du secteur public à verser un peu d’eau dans leur verre de vinaigre, pour revenir à la raison.

Ces revendications c’est un peu comme du saucisson, sincèrement ce qu’on a dit, si on vous donne une petite tranche ça va, sa suffit, vous dites que cette année ça va…. Nous leurs rappelons simplement que chaque chose a son temps. D’un côté, il y a nos conditions de vie qu’on doit améliorer, de l’autre côté, il y a des enfants qui sont à votre disposition et qui ont droit à l’éducation. Nous ne pouvons pas rester dans l’extrémisme total.

a souligné le secrétaire provincial du SYECO.

Pour rappel, cette grève a été déclenchée dans l’ensemble de la province de la Tshopo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *