28 janvier 2023
Ville de Kisangani, RD Congo
Société

Tshopo – Vulgarisation des innovations de la loi électorale : les femmes et la société civile à l’école du savoir

35 responsables des partis politiques, 5 députés provinciaux, 5 femmes ambitieuses en politique, 5 experts locaux sélectionnés en fonction de leurs expériences sur les questions du genre et élections, 5 membres de la société civile et des leaders faiseurs d’opinions au niveau provincial, ont pris part à une séance de renforcement de capacités sur les innovations de la loi électorale, ce vendredi 02 décembre 2022, dans la salle Gradi Jeunes, organisée par le mouvement Rien Sans les Femmes (RSLF) en collaboration avec Tufaulu Pamoja.

Promulguée depuis le 29 juin 2022 par le Chef de l’Etat, cette loi électorale avait connu des mesures d’application de la part de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) 2 mois plus tard. Elle comporte certaines informations axées sur le genre qui demeurent inconnues par le public, d’où le but de cette activité.

Il y a eu des innovations dans la loi électorale révisée dont on devait en parler aux prétendantes candidates. Il y a également la prise en compte du genre dans la constitution des listes, car il y’a une disposition de la loi électorale qui stipule que si un parti politique aligne 50% des femmes sur sa liste, ce regroupement ou ce parti politique est exempté de paiement de caution pour les femmes. C’est déjà une opportunité.

a indiqué madame Charly Andiru, facilitatrice.

A en croire la facilitatrice, en plus des innovations, il y a également des obligations qui ont été faites à la CENI, par exemple celle de publier la cartographie 30 jours avant la campagne électorale; l’obligation de remettre le PV aux témoins; l’obligation d’afficher tous les résultats provisoires dans l’enceinte du bureau de vote; etc. Et pour les observateurs, de déposer le rapport de leur mission à la CENI, au gouvernement et au parlement, mais aussi la CENI doit motiver par une lettre si jamais elle rejette l’accréditation d’un organisme d’observation. Et cet organisme aura 48 heures pour introduire un recours.

Madame Charly Andiru a ensuite martelé que cette réforme constitue déjà une alerte pour les femmes.

C’est déjà une alerte, la loi est là. Les opportunités sont là, elles doivent s’aligner sur la loi, elles doivent travailler en fonction du calendrier, elles doivent renforcer déjà leurs capacités de façon individuelle, afin d’être compétitive. En bref, nous demandons aux femmes de s’activer fermement.

Notez que Rien Sans les Femmes est un mouvement des organisations de la société civile qui œuvre pour la représentation égalitaire homme – femme, dans les instances de prise des décisions à tous les niveaux en République démocratique du Congo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *