10 décembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Agriculture

Tshopo : l’atelier de surveillance participative des maladies virales de manioc a été lancé

En Afrique, la production du manioc est confrontée à deux principales maladies virales, dont la maladie de la mosaïque africaine du manioc et la maladie de la striure brune du manioc. Cependant, la sensibilisation et la formation des producteurs de boutures et de manioc à l’utilisation de matériel végétal sain se présente comme la meilleure alternative possible pour limiter la propagation de ces maladies, afin d’améliorer significativement la production.

C’est dans dans cette optique, que le programme central West African Virus Epidemiology (WAVE) a lancé le projet de surveillance participative des maladies virales de manioc dans la salle doctorale de l’IFA Yangambi, ce samedi 29 octobre 2022.

Ce projet vise à doter des capacités les producteurs, les inspecteurs sémanciers, agriculteurs producteurs des maniocs, sur le diagnostic en champs des maladies virales de manioc, car depuis un certain moment, le diagnostic se fait de manière visuelle mais actuellement avec l’application NURU, les agriculteurs seront en mesure de diagnostiquer à travers leurs Smartphones.

a souligné prof Godefroy Monde, directeur pays du projet.

Après les mots du professeur Monde, s’en est suivi le lancement officiel du projet par l’inspecteur provincial de l’environnement, Augustin Milambo Likele, qui s’est exprimé dans la foulée :

Dans ce pays nous sommes entrain d’atteindre l’autosuffisance alimentaire particulièrement avec le manioc, mais nous devons prendre garde pour maintenir la durabilité, la productivité de cette culture. C’est pourquoi nous saluons la présence du projet WAVE à l’IFA Yangambi dans la province de la Tshopo, car c’est venu à point nommé. Nous souhaitons une longue vie à ce projet et enfin nous pensons que les différentes parties prenantes vont se mettre réellement au travail, afin d’éradiquer ensemble ces maladies virales qui sont entrain de mettre en péril cette culture.

Notez que des associations de producteurs et de multiplicateurs de boutures de manioc en général et les femmes productrices en particulier, sont les bénéficiaires directs de ce projet, dont l’atelier lancé ce samedi ira jusqu’au mardi 1er novembre prochain.

2 Commentaires:

  • BAVUKAHE Sylvain 3 décembre 2022

    Mais, pour quoi à Rutshuru il n’y a pas le projet de manihot ?

    • Gracea Nsamba 3 décembre 2022

      bonsoir cher lecteur c’est quoi déjà le projet Manihot? Besoin d’explications svp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *