30 novembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Sport

Kisangani – Report du championnat de judo : remontés, des judokas contredisent le président de la Ligue !

Alors que le président de la Ligue Provinciale de Judo de la Tshopo a annoncé à Kaba Lisolo le report du championnat local de la discipline, quelques judokas professionnels de la ville de Kisangani n’avalent pas les raisons évoquées par maître Yves Lutumba.

Initialement prévu en ce mois de décembre, le championnat local de judo de Kisangani va finalement débuter le 27 janvier 2022. Le président de la Ligue a justifié ce report par des perturbations des calendriers scolaires et académiques, des nombreux athlètes étant des élèves et étudiants. Cependant, pour les judokas qui ont contacté notre rédaction, les « vraies » raisons seraient bien ailleurs.

Les judokas refusent de participer à la compétition

Pour maître Bénit Kombele, la cause du report révélée par le président de la Ligue est une pure invention. À en croire ses mots, les judokas refusent de prendre part au championnat, et les entraîneurs des clubs en sont retissants.

Les judokas refusent de participer parce qu’ils ne voient pas clair. Les organisateurs n’ont retenu aucun accord pour le déroulement de cette compétition. Les athlètes veulent s’assurer qu’il y’aura un contrat de licence qui portera sur les respects des droits et devoirs des athlètes, signé entre la ligue et les judokas (…) Aussi, les entraîneurs des clubs refusent d’envoyer leurs athlètes à cause de maltraitance qu’ils subissent lors de la compétition.

a expliqué l’entraîneur du judo club Okapi.

Bénit Kombele a par la suite indiqué que Yves Lutumba n’est plus légalement président de la Ligue, ayant déjà épuisé son mandant depuis bien longtemps.

Des résultats frauduleux dans les compétitions

Pour sa part, maître Joel Kabuya de judo club Cobra, s’insurge contre les injustices criantes lors des compétitions de cette disciplines dans la ville.

Les élèves de certains maîtres (organisateurs) sont favorisés lors de ces compétitions. C’est même cela qui est à la base des troubles et échauffourées lors des combats.

a abordé Joel Kabuya, avant de poursuivre :

Malheureusement dans le judo Boyomais, les gens censés mettre de l’ordre, ce sont eux qui sèment le plus grand désordre. Nous avons des « grands maîtres » qui forment des voyous, parce que eux-mêmes sont des voyous. Que Yves vienne me dire s’il ne connaît pas ces gens et s’il les a déjà sanctionné au moins une fois.

Joel regrette par ailleurs le mauvais encadrement des judokas talentueux de la ville, par ces « grands maîtres » qui ne favorisent que leurs élèves.

Nous avons des grands talents dans cette ville, mais ce sont des talents qui sont entrain de pourrir, parce qu’il y’a des maîtres qui blaguent avec leur avenir. Il y’a des jeunes qui se sont permis d’arrêter avec les études pour se concentrer au judo, mais des maîtres ont brisé leurs rêves. C’est regrettable.

Dans sa longue réaction, Joël Kabuya n’a pas épargné le point lié à l’irrégularité des compétitions. Et là, pour lui, la faute revient au président de la Ligue, qui n’a jamais pris l’initiative d’organiser des compétitions comme il se doit. Notre intervenant dénonce la gestion catastrophique des dirigeants de la Ligue, et révèle que l’incapacité de ces derniers à gérer cette ligue s’était avérée dès le début de leur mandat.

En plus des maîtres Bénit Kombele et Joël Kabuya, d’autres judokas de la ville ont tenu à réagir aux raisons du report du championnat évoquées par le président de la Ligue, notamment Romeo Wilondja, ou encore Leo Kombele. Des réactions à retrouver notamment en commentaires sur notre page Facebook.

administrator
Journaliste ▶️Twitter : @EmeryKabongoM ▶️Facebook : @EmKabongo ▶️Instagram : @emery_kabongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *