1 décembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Agriculture

Kisangani : le programme WAVE à la rescousse de maniocs non récoltables

Le programme de recherche West African Virus Epidemiology (WAVE), installé en République démocratique du Congo depuis plus de 5 ans, projette une campagne de sensibilisation sur de maladies virales de maniocs.

Lors d’un point de presse tenu ce samedi 16 avril 2022 à l’Institut facultaire agronomique (IFA) Yangambi, le Professeur Godefroid Monde, Directeur national de WAVE en RDC, a présenté quelques activités de ce programme, tout en parlant de quelques réalisations, notamment des formations données aux étudiants de Kisangani.

D’entrée de jeu, le Professeur Monde a présenté le but du programme West African Virus Epidemiology :

WAVE est un projet de recherche qui a pour finalité d’assurer la sécurité alimentaire. Les bénéficiaires se sont les populations vulnérables, qui sont notamment des agriculteurs, parmi lesquels les femmes, les étudiants, les chercheurs…

Il a ensuite abordé le sujet lié au projet qui consiste à sauver les maniocs atteints de virus, donc la campagne sous le thème « Ensemble sauvons notre manioc » sera lancé à Kisangani, le mardi 19 avril. De ce fait, une caravane motorisée partira de l’IFA, jusqu’à l’espace Hawaï, passant par l’orphelinat, rond-point stade, Gouvernorat, rond-point Bamanisa, mosquée centrale. Après Kisangani, cette campagne sera lancée à Banalia, le mercredi 20 avril, avant Bafwasende le jeudi 21, avant Ubundu, le vendredi 22 avril.

Le Directeur de WAVE a ainsi parlé de la démarche que le programme suit pour sauver les maniocs non consommables, ces derniers n’étant pas assez bons pour être récoltés 12 mois après leur semence, présentant notamment quelques symptômes de maladies, dont le jaunissement de feuilles; la construction au niveau de racines; ne nécroses lorsqu’on coupe les tubercules…

La première action après le constat de cette situation, c’est la surveillance épidémiologique. On procède à la cartographie de la situation. Cette surveillance, nous la faisons dans plusieurs provinces de la RDC, notamment dans la partie Est. On va de la Tshopo jusqu’à Kasumbalesa. Nous faisons cette cartographie chaque année pour voir l’évolution de la maladie. La deuxième action, c’est le renforcement de capacités. Nous formons des gens qui peuvent continuer dans la durabilité d’actions, même après le projet WAVE. Depuis que WAVE a commencé en 2016, nous avons déjà formé un docteur. C’est le Dr Honoré Muhindo, secrétaire général administratif de l’IFA. Nous avons 3 étudiants au niveau de 3e cycle et 12 ingénieurs. WAVE finance totalement leurs études. La troisième action c’est le diagnostique. Nous collectons les éléments sur terrain pour les amener au laboratoire. Nous avons un grand laboratoire de virologie, avec des matériels de pointe de diagnostique virale. La quatrième action c’est la sensibilisation. Nous avons passé l’information dans des structures féminines et associations qu’elles comprennent ce qu’il faut pour produire correctement le manioc.

En août 2021, WAVE a présenté au gouvernement, à Kinshasa, un plan national de riposte, qui n’a jamais existé auparavant. Ceci a été fait devant les ministres de l’agriculture, de recherche scientifique et de l’Enseignement supérieur et universitaire. Il s’agissait principalement, dans ce plan, de l’installation des centres d’opérations d’urgence, à l’instar des maladies des hommes.

African Virus Epidemiology est installé dans 10 pays africains. En plus de la RDC, on retrouve ce programme en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Togo, au Ghana, au Bénin, au Nigéria, au Gabon et au Cameroun.

administrator
Journaliste ▶️Twitter : @EmeryKabongoM ▶️Facebook : @EmKabongo ▶️Instagram : @emery_kabongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *