8 décembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Santé

Ituri : plus de 350 jeunes sensibilisés sur les MST

Réduire la transmission des maladies sexuellement transmissibles (MST) dans la province de l’Ituri en général et dans la ville d’Ariwara en particulier, tel a été l’objectif d’une activité de sensibilisation organisée ce dimanche 18 septembre 2022 par les médecins de l’hôpital général d’Ariwara, dans la salle du Cenacle charismatique.

Au cours de cette activité, au moins 355 jeunes sont venus suivre la vidéo-forum sur les maladies sexuellement transmissibles, afin d’avoir les connaissances nécessaires sur le monde d’acquisition mais aussi et surtout, comment les éviter.

Prenant la parole, le formateur principal, docteur Michel Pemba, a expliqué le contexte de la tenue de cette activité :

Je suis pratiquement touché quand pendant mes consultations, je ne manque pas d’enregistrer 2 ou 3 cas de maladies diagnostiquées séropositifs des différents âges. Plus, je suis touché quand je vois des jeunes et même mineurs être atteints. Dans le cadre de notre casquette comme médecin et pair éducateur au sein du Réseau des Associations Congolaises des Jeunes (Racoj), comme notre rôle est celui de prévenir les maladies, j’ai jugé bon ensemble avec les autres collègues médecins, docteur Yanick Abalabaka et docteur Aaron Azabho, organiser cette vidéo-forum avec les jeunes d’Ariwara. Nous avons été étonné de constater pendant les déroulements que les jeunes n’avaient pas des informations fiables en matière de maladies sexuellement transmissibles. Et cela s’explique par l’absence quasi totale des activités pareilles de sensibilisation dans la ville.

Les participants pour leur part, surtout les filles, se sont dits être vraiment chanceux de bénéficier de cette sensibilisation, qui leur a permis d’avoir des notions sur comment éviter les infections sexuellement transmissibles :

Je suis Jenny Tsandiru, âgée de 22 ans. Cette sensibilisation est pour moi comme un sujet de méditation sur ma vie, je souhaiterais que cette vidéo-forum soit étendue dans toute la province puisqu’ici, on n’est pas informé. L’essentiel pour moi est d’aller me faire dépister dès demain.

Sachons par ailleurs que les infections sexuellement transmissibles sont l’un des maux qui touchent en grande partie la population juvénile de ce coin du pays, dépourvue surtout de la vraie information, mais qui se brise déjà à petit feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *