2 décembre 2023
Ville de Kisangani, RD Congo
Environnement

Tshopo : les écologistes s’en vont en guerre contre l’exploitation illicite des forêts dans l’espace Grande Orientale

Au cours d’un atelier de deux jours du 31 octobre au 01 novembre 2023, tenu dans la salle de réunion de l’ONG Océan, sise sur le Quartier plateau Boyoma, Commune de la Makiso, ville de Kisangani, l’Organisation congolaise des écologistes et amis de la nature (Océan) et les partenaires impliqués sur la gestion de l’environnement, ont passé en revue l’état de lieu de contentieux issue de l’exploitation forestière dans l’ex grande orientale, à la suite des missions d’observations indépendantes ou officielles.

Au cours dudit atelier, les participants ont produit un document de plaidoyer dans lequel, ils dressent un état mitigé de suivi des contentieux découlant de l’exploitation forestière dans la province orientale démembré.


Dans ce document produit, les participants ont formulé quelques recommandations aux différents instances notamment à l’Assemblée provinciale de la Tshopo, à laquelle elles sollicitent l’élaboration des édits en complément de la réglementation nationale dans le secteur d’exploitation forestière et le contrôle de l’action du gouvernement provincial dans ce secteur d’exploitation illicite des ressources forestières, mais aussi d’interpeller et s’actionner tout acteur public impliqué dans la pratique illicite dans ce secteur.

Au gouvernement national et provincial

– Sanctionner les autorités étatiques impliquées dans l’exploitation illicite des ressources forestières ;
– Renforcer les capacités et rendre opérationnel les services publics techniques intervenants dans ce secteur ;
– Appliquer la législation en matière de délivrance des certificats de l’agreement et de permis de coupe physique et de délivrance des titres des concessions forestières des communautés locales (CFC) ;
– Prendre les arrêtés et mesures facilitant la réglementation du secteur au niveau provincial.

Aux partenaires techniques et financiers

– Appuyer les missions d’OIM-F ainsi que les efforts de la gouvernance forestières à tous les niveaux.
– Au niveau de la justice (civile/militaire) en province
– Mettre en place un cadre de collaboration efficace avec les services publics techniques qui interviennent dans le secteur ;
– Sanctionner le personnel juridique impliqué dans le non-respect de la procédure dans le secteur et les antivaleurs dans le traitement des contentieux en matière forestière ;
– Appliquer rigoureusement la loi dans les transactions en matière des infractions forestières commises par operateurs privés, etc.

A l’administration forestière

– Délivrer les titres de la légalité de l’exploitation artisanale de bois d’œuvre (les certificats d’agrément, permis de coupe, après payement des taxes y afférentes) ;
– Mettre en application les dispositions réglementaires en matière de port de l’uniforme et insignes distinctifs des agents assermentés commis au contrôle forestières.

Il sied de signaler que ces recommandations ont été lue sous forme d’une déclaration par Cyrille Adebu, coordonnateur national de l’ONG Océan. Cet atelier s’est déroulé en partenariat avec l’observatoire de la gouvernance forestière, OGF.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *