28 janvier 2023
Ville de Kisangani, RD Congo
Securité

RDC : « Nous n’acceptons pas que l’UE soit indirectement responsable de l’instabilité en RDC » (Maria Arena, députée au Parlement européen)

« 20 millions d’euros » ! C’est le montant adopté par le Conseil de l’Union européenne en soutien à la poursuite du déploiement des Forces de Défenses rwandaises (RDF), ce vendredi 2 décembre, parmi les cinq autres mesures d’assistance dont ont bénéficié cinq pays, parmi lesquels deux états africains, la Mauritanie et l’armée rwandaise au Mozambique, dans le cadre de la facilité européenne pour la Paix.

Ce qui touche à l’étonnement de plus d’un citoyen congolais et africains de la région des grands lacs, ce n’est pas le montant, mais au contraire, le bénéficiaire principal : « Rwanda ».

Scandalisé d’apprendre que @EU_Commission débloque 20 millions € pour RDF, une armée à la base de l’agression de la #RDC, d’une crise humanitaire dramatique et auteure de graves violations des Droits de l’Homme et du Droit International Humanitaire

a tweeté le Prix Nobel congolais de la Paix, Denis Mukwege.

Au parlement européen, une voix forte a été portée par une députée du Groupe de l’Alliance progressiste des Socialistes et démocrates.

Maria Arena, est cette députée Belge de la Commission des Affaires étrangères, Présidente de la sous-commission des Droits de l’homme en 2019, et la commission de l’Environnement au Parlement européen, qui n’a pas digéré la décision qui favorise le régime agresseur du Rwanda, qui continue de soutenir le Mouvement terroristes du 23 mars (M23) à l’Est de la République démocratique du Congo.

Décider de débloquer 20 millions d’euros en soutien à l’armée rwandaise sans lui demander un engagement préalable et un retrait de son soutien au #M23 est inacceptable !

écrit-elle sur son compte Twitter

Et d’ajouter :

Nous n’acceptons pas que l’UE soit indirectement responsable de l’instabilité en RDC. Les financements devraient soutenir la poursuite des responsables des violations dans le cadre de la justice nationale et internationale !!

déclare cette Ex-Ministre fédérale belge de l’Intégration sociale, des Pensions et des Grandes villes.

C’est la deuxième fois que Maria dénonce d’un ton fort l’injustice dont est victime la RDC sous le silence de la Communauté internationale portée en avant par l’Union européenne et ses États francophones.

Très récemment, lors des débats du 23 novembre consacrés au « déplacement forcé de personnes en raison de l’escalade du conflit dans l’est de la République démocratique du Congo », Maria Arena a dénoncé sans détour le soutien du Rwanda au M23, connu par tous. Ci-dessous le contenu de son intervention en intégralité :

Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire,

en octobre, le M23, soutenu par le Rwanda, a lancé une offensive contre l’armée régulière de la République démocratique du Congo qui replonge le pays dans des violences extrêmes.

Ces violences et l’instabilité dans la région, vous le savez, ne datent pas d’aujourd’hui et trouvent leur source essentiellement dans la question des ressources du sous-sol de cette région, ressources qui sont pillées par les voisins au profit d’entreprises et de groupes internationaux qui alimentent la corruption, qui financent des groupes armés pour se garantir l’accès au moindre coût.

Nous devons absolument plaider pour une solution régionale à court terme et à moyen terme. Bien entendu, à court terme, la question humanitaire doit être prise en compte pour les personnes déplacées. Mais si nous ne faisons que du court terme, nous serons toujours à nouveau dans le même cycle de violence. Donc, une résolution régionale du conflit est importante. Nous devons lutter contre la corruption et mettre des sanctions sur des personnes et des entreprises, telles que M. Dan Gertler, qui est un opérateur excessivement puissant aujourd’hui en RDC, sanctionné par les Américains et qui, pourtant, trouve refuge en Europe pour cacher son argent.

Nous devons évaluer la loi sur les minerais des conflits qui aujourd’hui n’est pas d’application sur le territoire et nous devons mettre en place des tribunaux mixtes qui sont des tribunaux qui luttent contre l’impunité en République démocratique du Congo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *