30 novembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Santé

Kisangani : plus de 80 filles, élèves finalistes de Kalindula, sensibilisées sur le cancer du sein

C’est dans le cadre d’une campagne de sensibilisation sur la lutte contre le cancer du sein initiée en ce mois d’octobre par la faculté de médecine et de pharmacie de l’Université de Kisangani (UNIKIS), qu’une extension de la blouse blanche dite Club des jeunes étudiants en médecine, a procédé ce samedi 22 octobre 2022, à la sensibilisation des élèves de l’institut Kalindula sur le dépistage et la prévention de cancer du sein.

Il s’agit d’une formation repartie en trois volets : quelques notions sur le cancer du sein et le taux de prévalence; les facteurs qui causent cette maladie; et comment faire pour se prévenir contre cette maladie.

Héritier Alona, médecin stagiaire aux cliniques universitaires, a ouvert son exposé en définissant le sein. Le sein est une glande, un organe qui est paire et de formes différentes chez l’homme et chez la femme. Le cancer du sein est caractérisé par une multiplication désordonnée des cellules dans le sein et c’est l’une des maladies les plus diagnostiquées dans le monde, en raison de 16% de la population mondiale. En RDC, elle a déjà causé plus de morts mais les statistiques normales sur le taux de prévalence de cancer du sein ne sont pas encore assez connues, vu que beaucoup d’études ne sont pas menées dans ce sens.

Daniel Madira, étudiant en deuxième doctorat en médecine a à son tour, précisé que le cancer du sein est une maladie qui est dûe à des multiples facteurs, entre autres génétique, socio-économique comme manque de vitamine A, la malnutrition, mais il y a également la prostitution qui peut vite envoyer une fille à attraper des infections virales ou bactériennes, et il y a surtout le facteur âge.

Généralement les femmes ménopausées (50 à 55 ans) sont beaucoup plus exposées au cancer du sein.

a-t-il précisé.

Comment savoir que l’on a contracté le cancer du sein ? Daniel précise qu’il y a la présence d’une masse anormale dans le sein, les écoulements du sang ou purulents au niveau de mamelons, quelques fois des fortes douleurs.

Pour clore, Loyale Batina coéquipière de Daniel, en martelant sur le dépistage de cancer du sein, a très pratiquement montré aux élèves comment s’autopalper pour découvrir une masse ou une anomalie dans son sein. Cet examen individuel d’autopalpation se fait pendant cinq minutes avec le pulpe de trois doigts (l’index, le majeur et l’annulaire) en respectant surtout les modes de pression : superficielle, profonde et moyenne. Ces trois approches sont radiculaire, circulaire et verticale. Cette pratique permet à une fille de découvrir ou non toute la masse bizarre qui pourrait à la longue aboutir au cancer du sein.

En cas de découverte d’une anomalie dans son sein, n’hésitez pas d’aller vite consulter un médecin.

a-t-elle conclu.

A en croire les élèves, cette formation est très utile pour elles. Ces filles se disent à leur tour pouvoir aller sensibiliser leurs familles et amies dans la cité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *