1 décembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Sport

4 janvier 1959 : V.Club vs Mikado, le match de l’indĂ©pendance

4 janvier 1959 – 4 janvier 2022. Il y a 63 ans, jour pour jour depuis qu’une rencontre de football dĂ©clancha la conquĂŞte vers l’indĂ©pendance de la RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo.

Remontons le temps. L’Alliance des Bakongo – ABAKO – sous la direction de son prĂ©sident Joseph Kasa-Vubu devrait tenir un meeting Ă  l’YMCA, le dimanche 4 janvier 1959 dans le quartier Renkin, actuellement Matonge (Commune de Kalamu). Une lettre a Ă©tĂ© adressĂ©e le 30 dĂ©cembre 1958 Ă  Jean Tordeur, Premier bourgmestre de LĂ©opoldville, lui annonçant justement la tenue de ce meeting. Mais, on rapporte que cette correspondance ne lui parvint que le 3 janvier 1959. Raison Ă©voquĂ©e : les trois jours qui sĂ©parent la date de l’envoi de la lettre Ă  sa rĂ©ception par le destinataire Ă©taient consacrĂ©s aux festivitĂ©s de fin d’annĂ©e et de nouvel an.

Les historiens et les témoins de cet épisode de l’histoire politique de la Rd-Congo cités par nos confrères de Capsud.net affirment que Jean Tordeur répondra le jour même de la réception de la lettre en ces termes : « Cette lettre ne sollicitant pas d’autorisation, je suppose que vous considérez la réunion comme privée. Si elle devait avoir un autre caractère, la responsabilité des organisateurs serait engagée. Toutes les associations ont suffisamment été mises au courant des règles en matière de réunions publiques pour qu’une erreur ne soit plus possible ». Le nombre de militants ayant répondu à l’appel le jour J était tellement important pour une réunion dite privée.

Pour cette raison et du fait de la volonté manifeste de la métropole de restreindre constamment les libertés des colonisés, la rencontre a été reportée au dimanche 18 janvier 1959. L’annonce du report a été faite au lieu du meeting par Kasa-Vubu. Les militants (qui étaient sur place), ont quand même tempéré leur grande déception en acceptant de revenir deux semaines plus tard.

Le football, Ă©lĂ©ment dĂ©clencheur de l’indĂ©pendance

« À la fin de l’année, l’autorité du Congo Belge a organisé un match de Gala le 27 décembre 1958 au Stade Roi Baudouin opposant St Eloi à Victoria Club (V.club). Un duel entre entre le champion d’Elisabethville (Lubumbashi) et Léopoldville (Kinshasa). V.club perd par 5-1. Et le 4 janvier, V.club devrait encore jouer en demi-finale contre Mikado. L’équipe de Léopoldville a perdu par 3-1 »,

expliquait le directeur et rĂ©dacteur en chef du desk des sports de l’Agence congolaise de presse – ACP -, Siki Ntetani Ă  la Radio Okapi en 2016.

Justement, ce derby kinois l’AS V.Club (les noirs) contre Mikado (les blancs), s’est soldĂ© sur un score trois buts Ă  un. Abattus, les supporters de la grande Ă©quipe de LĂ©opoldville, regagnant leurs maisons, retrouvèrent sur leur chemin, devant l’YMCA et dans les parages, des militants de l’ABAKO déçus par la non tenue de leur meeting. Entre-temps, on pouvait observer dans les abords du siège de l’YMCA une importante prĂ©sence policière dont la mission Ă©tait de disperser la foule. Les Ă©lĂ©ments de la police se sont donc heurtĂ©s aux milliers de partisans de Kasa-Vubu, surexcitĂ©s, rentrant chez eux, sans empressement du reste.

Les policiers, quelque fois pris Ă  partie, ont cru bien faire de menacer les militants mĂŞlĂ©s aux supporters de V. Club en brandissant leurs armes, jusqu’à ce que l’un d’eux s’est permis de tirer en l’air, rapporte un historien dans un entretien avec nos confrères de Capsud.net. La situation s’est envenimĂ©e. Les militants de l’ABAKO, rejoints par les 20.000 supporters de V. Club se sont ainsi rĂ©voltĂ©s. De lĂ , la rĂ©volte s’est rĂ©pandue Ă  travers toute la ville de Kinshasa et a dĂ©gĂ©nĂ©rĂ© en Ă©meutes violentes. Depuis, les manifestants ont mis en avant leurs aspirations indĂ©pendantistes. Ces Ă©meutes ont Ă©tĂ© brutales et sans pitiĂ© rĂ©primĂ©es par les forces de l’ordre.

« C’est un jour qui marque une étape décisive dans la conquête de l’indépendance. Le pouvoir colonial a dû prendre conscience que l’indépendance était une aspiration profonde et les gens l’ont manifesté. Officiellement, on parle de 49 morts, mais on dit qu’il y en a eu 100 et peut-être 300. L’administration a été affolée quand elle a vu le lendemain, le nombre de morts »,

raconte le père LĂ©on de Saint Moulin -professeur Ă©mĂ©rite et membre du Centre d’études pour l’action sociale – CEPAS – Ă  Radio Okapi en 2016.

Ă€ en croire le chevronnĂ© François Siki, depuis 1957, les joueurs belges Ă©taient Ă©tonnĂ©s de voir que les rencontres de football disputĂ©es dans les stades rd-congolais attirĂ©s du monde, mais eux-mĂŞmes les joueurs n’en tiraient pas profit sur le plan financier. Au regard de ces genres des propos, le mouvement sportif rd-congolais et les supporters (plus particulièrement ceux de V.Club) se sont rĂ©voltĂ©s pour s’allier aux politiques afin d’aller chercher l’indĂ©pendance du pays.

En effet, ce match de football du 4 janvier 1959 et les Ă©meutes qu’ils ont provoquĂ©, ont tracĂ© un chemin vers l’indĂ©pendance obtenu le 30 juin 1960.

Le football peut-il apporter un second changement en RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo ?

ETIENNE KAMBALA/EVENTSRDC.COM

administrator
Journaliste ▶️Twitter : @EmeryKabongoM ▶️Facebook : @EmKabongo ▶️Instagram : @emery_kabongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *