1 décembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Culture Interview

Kisangani : à la gloire de Liyombe, Mr Event explique son « fais ça bien » à cœur ouvert (Interview)

Très connu sous le sobriquet de Mr Event, Liyombe Batilangandi Gloire (32 ans) est devenu l’un des plus influents du micro dans la ville de Kisangani pour son style imposé dans les médias, basé particulièrement sur la chronique de la culture boyomaise et congolaise en générale nonobstant sa touche marquante dans l’organisation et l’animation des évènements.

Abordé par kaba Lisolo, Gloire a laissé couler toutes ses gloires obtenues dans ce qui le préoccupe désormais dans un domaine qu’il a choisi d’accompagner avec son slogan protegé « fais ça bien », qui lui est devenu une doctrine et une source de motivation. Dans cet échange de quelques minutes où il a répondu brièvement à nos questions, Gloire a dû regretter de l’évolution de la culture boyomaise qui, selon lui, avance à contre courant.

Parlez-nous de vous en quelques phrases

Liyombe Batilangandi Gloire, très connu sous Mr Event. Je suis présentateur télé, maître de cérémonie, DG de Liyo Event RDC et consultant en marketing. J’ai fait le droit à l’Université de Kisangani et puis je suis allé finir à l’Université des Sciences appliquées de Kisangani toujours en droit.

Après des études en droit, vous avez préféré le micro à la toge. Comment expliquez-vouz cela ?

Au lieu de choisir la toge moi j’ai choisi le micro, parce qu’il y avait d’abord une forte passion qui m’animait, et ensuite j’ai fait des formations supplémentaires pour pouvoir adapter mes connaissances de droit aux nouvelles connaissances de la communication; et voilà, je m’améliore jour après jour, aujourd’hui Dieu a fait grâce j’évolue très bien.

Quid de Liyo Event et comment était-il né ?

Liyo Event RDC c’est une agence spécialisée dans la communication événementielle, l’idée est venue en fin 2017 quand déjà on m’invitait très souvent à organiser des évènements (des concerts, des mariages, anniversaires…) et par la dextérité dans l’organisation des évènements, je me suis dit tchein (rire) ! pourquoi ne pas tenter cette aventure, créer une agence de communication événementielle et en 2017 je me suis lancé dans cette aventure. Petit à petit ça prend de l’ampleur, on se développe et on gagne du terrain.

Quels sont les évènements phares que vous avez déjà eu à organiser et quel en était l’impact ?

Parmi les évènements qui ont marqué l’ascension de Liyo Event RDC il y a notamment en 2020 précisément, en pleine expansion de la pandémie de Coronavirus, l’agence a organisé un évènement qui a regroupé une vingtaine d’artistes de Kisangani autour de « Indépendance Chacha ». C’était un concert live retransmis en direct sur les réseaux sociaux et une retransmission en direct sur les antennes de la RFMTV. L’événement a eu un grand impact.

Combien d’événements par semaine sollicitent ton expertise et particulièrement les cérémonies des mariages ?

Pour être vraiment honnête avec moi-même, c’est a partir de jeudi que je suis en activité jusqu’ à dimanche. Et par jour en commençant par jeudi si je ne suis pas saturé, j’ai deux cérémonies donc s’il faut prendre deux cérémonies par jour… nous avons plus ou moins huit cérémonies par semaine. Je ne suis pas axé sur quelque chose qui se répète en même temps.

Comment faites vous pour gagner la confiance de votre public ?

La première de choses qui me permet de garder la confiance de mes clients c’est d’abord la confiance elle-même, le travail et la façon dont je varie ce travail parce que je ne suis pas vraiment monotone, il y a toute une diversité des choses que je mets en jeu et toujours l’envie d’apprendre plus parce que la vie est une école qui ne finit jamais.

Quel analyse fais-tu sur l’évolution de la culture boyomaise ?

La culture boyomaise évolue à contre courant mais il y a des sentinelles qui veillent sur la culture, notamment tous les médias mais on a comme l’impression que la ville est restée figée dans le temps et la culture elle-même, j’ai comme l’impression qu’elle n’évolue pas. Il n’y a plus de mécènes et la jeunesse semble ne pas être considérée, elle a moins d’invitations dans la prise de décisions qui impacte dans ce secteur…

Qu’as-tu apporté de nouveau dans la chronique boyomaise ?

Ce que j’ai apporté de nouveau c’est toujours la touche « fais ça bien » qui prend une autre couleur. Fais ça bien n’est pas seulement un slogan mais c’est une doctrine, un courant philosophique que chacun peut utiliser pour impacter dans son domaine…

Né à Isiro le 10 Novembre 1989 dans une famille de 7 enfants dont il est le dernier, Gloire Liyombe est marié et père de trois enfants. Il l’est l’un des jeunes de Kisangani les plus suivis sur les réseaux sociaux avec plus de 2.000 followers sur Instagram, plus de 1.000 sur Event Show sa chaîne Youtube et plus de 3.000 abonnés sur son Facebook. Une étoile !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *