1 décembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Sport

Boxe : annulation confirmée du combat professionnel entre Yannick Manda et Mapinga de Kisangani

Prévu le 12 mars dernier puis repoussé au 19 mars 2022, le combat professionnel entre le Boxeur de Goma Yannick Manda, détenteur d’une ceinture nationale chez les lourds légers, et Mapinga dit 6.000 voltes de Kisangani, n’aura pas lieu.

En attendant la version officielle du report, il sablerait que les pugilistes n’ont pas trouvé d’accord avec l’organisateur pour se produire sur le ring à Goma, devant les amoureux du noble art.

Depuis la détention de ma ceinture nationale chez les lourds légers, je suis maintenant en poids lourds et notre catégorie demande beaucoup de moyens pour nous faire jouer parce que ce sont des combats risquants et violents.

explique Yannick Manda.

Pourtant les photos des ces deux pugilistes aux côtés du président de la ligue de Boxe du Nord-Kivu Florimond Matabishi auraient fuité sur la toile dans le cadre des préparatifs. L’adversaire de Yannick Manda aurait été à Goma, à quelques jours de ce rendez-vous, avant que ce dernier ne soit reporté sans aucune communication officielle de l’organisateur.

Le public du pugilat de Goma devra donc patienter pour revoir leur «Chouchou » sur le ring après plusieurs années sans prestations. Yannick Manda n’est pas trop régulier sur le ring et son retour est très attendu par son public

J’ai beaucoup de contrats en dehors de la ville de Goma. Je suis attendu à Kampala pour le championnat d’Afrique pour le titre WBF le 28 mai prochain, à Kinshasa le 30 avril, mais également à Bunia où je suis en séjour présentement.

a-t-il conclu au téléphone de Kaba Lisolo.

Champion du Congo le 9 avril 2017 face à Ilunga Dominique de Kinshasa chez les lourds légers dans la salle de l’hôtel Linda, Yannick Manda n’a enchaîné que deux prestations jusqu’à maintenant dont un combat n’avait pas connu une fin normale face à Amduni. Pour cause, le ring n’était pas dans de bonnes conditions pour permettre à ce combat de connaître son épilogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *