26 novembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Société

Tshopo : quelle est la situation actuelle des enfants à Kisangani ?

C’est au cours d’un point de presse tenu ce mercredi 15 juin 2022 devant la bibliothèque centrale de l’Université de Kisangani, que le Parlement des Enfants et des Jeunes de la Province de la Tshopo (PARDE/Tshopo), a alerté la communauté internationale sur les dangers qui guettent les enfants congolais en RDC général, dans la Tshopo en particulier, tout en mettant un accent sur les enfants qui vivent dans l’Est du pays et exige pour ce faire, le retour de la paix dans cette partie.

En effet, pour marquer la journée internationale de l’enfant africain célébrée le 16 juin de chaque année, le PARDE/Tshopo a fait un état de lieu sur la situation que traverse les enfants congolais, afin que les autorités tant nationales qu’internationales, s’en rendent compte pour en apporter une solution.

Le constat est que l’enfant vit en dessous des privilèges qui lui sont accordés par la loi portant protection de l’enfant. L’article 17 de la loi précitée prévoit que l’enfant a droit à un milieu familial et à un cadre parfait pour son épanouissement. Mais aujourd’hui, le nombre d’enfants de la rue à Kisangani s’élève à une centaine. L’Etat devrait penser à faire fonctionner un centre d’accueil ou un orphelinat public pour recueillir les enfants en situation de rue. L’article 21 de la même loi prévoit encore que l’enfant a le droit de jouir du meilleur état de santé inclus les soins de santé, une alimentation saine, suffisante, variée et équilibré, les enfants détenus à l’établissement de garde et d’éducation de l’Etat ne jouissent pas de ces droits. L’Etat congolais devrait jeter un regard compatissant envers ces derniers, car l’avenir de toute la nation est mis en danger si rien ne se fait au plus vite.

a alerté le coordinateur du PARDE, Fabrice Debo.

A en croire cette organisation, les enfants congolais traversent plusieurs situations difficiles qui entravent leur développement à tout niveau. Certains sont discriminés, maltraités, privés de l’éducation de qualité, de soin de santé, ils sont exploités économiquement et sexuellement, d’autres sont même associés aux groupes armés. Cette situation fait que le PARDE doute beaucoup sur l’avenir de ces enfants car, dit-il, ces enfants risquent de nous être sombre avec le temps. Cependant, rien n’est encore tard, et il n’est jamais trop tard pour bien faire.

L’État quant à lui devrait veiller à ce que tous les enfants ayent accès à l’éducation et qu’ils bénéficient des services sociaux de base, bref l’État devrait veiller à ce que l’enfant jouisse de tous ses droits fondamentaux conformément à la loi portant protection de l’enfant et à la convention relative au droit de l’enfant, mais à la place, nous constatons que les enfants sont encore maltraités, discriminés, pourtant le 10 janvier 2009, la RDC a adopté la loi portant protection de l’enfant avec objectif de garentir le bien être des enfants, assurer la protection et la promotion de ces droits les plus fondamentaux.

dénonce cette association de défense de droit des enfants.

Eu égard à ce qui précède, les parlementaires des enfants et des jeunes de la Tshopo lancent une sonnette d’alarme au gouvernement congolais et aux parents :

Nous demandons aux parents et aux personnes exerçant l’autorité parentale sur les enfants de bien pendre soin de ces derniers et les encadrer, sachant que l’espoir du grand Congo en général et de la province de la Tshopo en particulier y est placé. À l’État congolais et au pouvoir en place, de faire de la lutte pour l’épanouissement, la protection et la promotion de l’enfant comme son cheval de bataille sinon ça nous rattrapera tôt ou tard, en dépit de tous ses défis qui portent atteinte à nos droits nous croyons à un avenir meilleur pour tous les enfants vivant en respect de leur droits et nous avons le devoir de créer un avenir meilleur pour chaque enfant.

exige le PARDE/Tshopo.

Quelques enfants présents dans cette activité, ne se sont pas tus, ils ont lancé un message qu’on pourrait lire « Respectons et promouvons les droits des enfants, tout enfant enfant a droit à l’éducation ».

Affirmant que l’avenir de ce pays est constitué des enfants d’aujourd’hui, le PARDE se pose cependant la question intéressante de savoir « est ce que l’on peut espérer à un bon avenir en comptant sur les enfants et jeunes d’aujourd’hui ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *