26 novembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Politique

Tshopo : l’arrêt du Conseil d’Etat est une « abomination venue du diable », dit un ancien bâtonnier

Tard dans la nuit du 27 mai dernier, le Conseil d’Etat siégeant en matière de contentieux électoraux, proclamait Madeleine Nikomba et Paulin Lengongolia, respectivement Gouverneur et Vice-Gouverneur de la Tshopo. Cet arrêt continue de faire grand bruit.

En effet, depuis l’annonce de ces résultats finaux au bout d’un suspense à couper le souffle, il pleut sur la toile, des réactions ça et là. Si l’honorable Theoveul Lotika, par exemple, y est allé pour parler du « plus grand scandale judiciaire », son collègue avocat, Firmin Yangambi, en a dit un peu plus de son côté.

Via son compte Twitter, en réaction à l’arrêt du Conseil d’Etat, l’ancien prisonnier politique l’a traité d’un lynchage juridique :

Impossible d’accepter l’arrêt bêtisier du Conseil d’État siégeant en appel ds l’affaire de l’élection du Gouverneur de province de la Tshopo. C’est un véritable lynchage juridique. Une terrible dérive judiciaire. Il faut corriger cette abomination venue tout droit du diable.

a écrit l’ancien Bâtonnier du Barreau de la Tshopo.

Bien qu’on soit déjà dans le dénouement du long feuilleton de contentieux électoraux, des réactions des acteurs politiques n’étant pas d’accord avec l’arrêt du Conseil d’Etat laissent croire qu’un éventuel rebondissement dans ce dossier n’est pas à écarter totalement, à l’image d’une requête d’interprétation et de correction d’erreurs matérielles qui a été introduite après cet arrêt. Wait and see…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *