1 décembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Education

Tshopo : la synergie des syndicats de l’EPST boude la demande de l’intersyndicale, la grève se poursuit

Les écoles publiques semblent loin d’ouvrir leurs portes pour cette année scolaire 2021-2022. Alors que le 29 octobre dernier, l’Intersyndicale de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, le banc syndical des enseignants, suspendait la grève déclenchée sur toute l’étendue du pays et annonçait la reprise des enseignements dès le 1er novembre, la synergie des syndicats SYECO, SYNECAT et SYNEP dans la province de la Tshopo a décidé de poursuivre le mouvement de grève et fixe ses conditions.

Ce mardi 2 novembre 2021 à Kisangani, une Assemblée Générale extraordinaire a été convoquée à l’intention des enseignants affiliés aux mouvements syndicaux, en vue de tabler sur la situation qui devient de plus en plus inquiétante. Au cours de cette réunion, la question sur la demande de l’intersyndicale de l’EPST, le banc syndical des enseignants, celle de suspendre la grève afin de réouvrir les portes des écoles publiques lundi 1er novembre, était débattue.

Cependant, ces enseignants n’adhèrent pas à l’idée et pensent même que l’intersyndicale n’a pas qualité de demander la suspension de ladite grève. C’est ce qu’explique notamment Joseph Litete Bobina, enseignant et porte-parole de la synergie des différents mouvements syndicaux :

L’intersyndical n’a pas qualité pour faire cette déclaration. Au moment où les syndicats sont représentés là-bas (aux négociations avec le gouvernement à Kisantu), c’est chaque syndicat qui devrait décider ou nous devrions attendre des leaders des syndicats-là des mots d’ordre

A déclaré Joseph Litete, au micro de Radio Okapi.

Ces enseignants grévistes exigent les résultats des négociations avec le gouvernement. Entre autres, ils veulent la prise en compte des enseignants Nouvelles Unités, mais aussi, la bonne prise en charge de quelques enseignants du primaire qui, selon eux, « mordent la poussière » depuis l’avènement de la gratuité de l’enseignement de base en RDC.

Pour rappel, sachez que les travaux de la commission paritaire Gouvernement – Syndicats de l’EPST censés mettre fin à la grève, se poursuivent à Kisantu, dans la province du Kongo-Central. Par ailleurs, il est à noter que, avant Kisangani (la Tshopo), la ville de Kinshasa avait déjà boudé la demande de l’intersyndicale.

EMERY KABONGO

administrator
Journaliste ▶️Twitter : @EmeryKabongoM ▶️Facebook : @EmKabongo ▶️Instagram : @emery_kabongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *