26 septembre 2023
Ville de Kisangani, RD Congo
Société

Nord-Kivu : pour 5.000 FC, un homme tué par un policier dans un centre d’enrôlement à Nyiragongo (témoignages)

Situé vers l’aéroport international de Goma, précisément à l’endroit communément appelé Kabutembo, un centre d’enrôlement a enregistré un cas de meurtre ce jeudi 6 avril suite à une cause assez incroyable.

En effet, un jeune homme a perdu la vie à cause d’une promesse qu’il n’a pas pu réaliser en faveur d’un policier commis à la garde de porte d’entrée du centre d’enrôlement, ce dernier qui n’a pas digéré le fait de lui avoir menti sur un paiement de 5.000 FC par l’illustre disparue à la sortie du centre. Répondant au nom de Dieudonné Bagenda, ce jeune âgé de 20 ans a rendu l’âme au moment de se procurer sa carte d’électeur ce jeudi 06 avril. Cet incident a conduit à un soulèvement occasionnant la destruction de bureau du centre et les activités ont été interrompues dans la journée.

D’après les premiers témoignages, l’homme tué par le policier au centre d’enrôlement de Byahi, situé dans l’une de circonscriptions électorales du territoire de Nyiragongo, non loin de l’aéroport international de Goma, au Nord-Kivu « aurait pris un langage farouche qui s’opposait aux intimidations de vouloir payer la carte comme c’est le cas actuellement dans des nombreux centres, voir la majorité des centres d’enrôlement au Nord-Kivu », indique Kakule Selemani, un habitant des environs.

Répondant aux mots du policier, ce dernier qui l’aurait soumis à un challenge ‘entre rentrer chez lui sans carte peu importe l’occasion ou soit payer comme les autres’, la victime a répliqué d’un ton affirmatif de rappeler au policier que c’est son droit d’accès au centre sans négociation, peut-on retenir de l’explication donnée à la rédaction de Kaba Lisolo par Mumbere Katsuva, un témoin présent au moment de faits.

Soulignons que le corps du disparu a été acheminé au bureau de la CENI par les jeunes du coin, mécontents de l’événement malheureux du jour. Quant au policier, il est aux arrêts à la mairie de Goma. D’autres témoignages soulignent que l’homme qui semblait être pressé à la queue aurait proposé de payer après l’obtention de la carte d’électeur, chose qu’il n’a pas faite.

Sachez que le processus électoral continue à poser des nombreux problèmes d’accès aux populations, ces dernières qui acceptent d’être rançonnées pour des sommes qui varient entre 5.000 FC et 10.000 FC pour obtenir la carte d’électeur, tel que le souligne Bénédiction Bonane Zirimwabagabo, président de la société civile de la cellule Salama, dans le quartier Ndosho en ville de Goma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *