1 décembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Securité

Les FARDC sont-elles capables de battre l’armée rwandaise ? Le porte-parole de l’armée répond

Les affrontements entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les rebelles du M23 soutenus par les Rwanda sont dans tous les esprits. Des sorties médiatiques se multiplient pour tenter de faire le point sur la situation sécuritaire plus que préoccupante dans l’Est de la RDC.

Le soir du lundi 30 mai dernier à Kinshasa, le ministre de la Communication et médias, porte-parole du gouvernement, Patrice Muyaya Katembwe, accompagné des portes-paroles des Forces armées de la République démocratique du Congo et de la Police nationale congolaise, était face à la presse dans le cadre du briefing de la traque du M23.

Alors que Patrick Muyaya a salué l’unité de tous les congolais qui se sont mobilisés ces derniers jours pour soutenir les FARDC, le général Richard Kasonga a quant à lui rassuré de la consolidation des positions de l’armée pour un regain de paix dans l’Est, avant de répondre à la question de savoir si les soldats congolais étaient capables de renverser les rwandais. Il a préféré rappeler les mérites de ces derniers.

Il y’a 2, 3 ans, nous avons été crédités la huitième meilleure armée d’Afrique. Toutes les armées auxquelles vous faites allusion n’étaient nullement alignées avant nous. Les organisations internationales qui nous ont aligné se sont basées sur des critères : notre capacité à défaire l’ennemi; notre logistique; la formation des hommes; (…) cette même armée que la plupart des gens vilipende, a défait la LRA sans apport extérieur, elle a défait l’ADF en 2014… Nous étions la meilleure armée et nous le sommes, bien que par moments des problèmes arrivent.

a expliqué le porte-parole des FARDC.

Notez par ailleurs que les dernières nouvelles liées à la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC, indiquent que l’Organisation des Nations unies (ONU) invite tous les groupes armées à déposer immédiatement leurs armes, tout en estimant que cette résurgence du M23 constitue une menace pour la paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *