26 novembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Environnement

Kisangani : la gente féminine de l’INPP réfléchit sur la lutte contre le réchauffement climatique

C’était au cours d’une conférence et débat tenue ce mercredi 16 Mars 2022 aux installations de L’Institut National de Préparation Professionnelle (INPP)/Tshopo, que la gente féminine de cet établissement public a réfléchi sur « l’implication de la femme dans la protection de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique ».

Cet atelier d’échanges a été organisé dans le vif objectif de mettre en exergue la femme et le changement climatique, afin d’amener celle-ci, en sa qualité d’éducatrice, à être actrice principale de la protection de l’environnement en premier lieu, pour qu’elle lutte en second lieu contre le changement climatique.

Dans son intervention, Sébastien Mbalanga, membre du cabinet du gouvernement provincial de la Tshopo et conférencier du jour, a tout d’abord parlé de textes juridiques qui appuient l’égalité des sexes qui sont entre et autres la déclaration universelle de droits de l’homme, la charte africaine de droit du peuple, la constitution de la RDC en ses articles 13 et 14, ensuite il a orienté sa réflexion sur la catégorisation de la femme et ses atouts, en passant par son implication pour chuter avec les actions que doivent mener les femmes pour la protection de l’environnement et le changement climatique.

Quid de rôles et atouts de la femme dans la société

La femme, de sa nature, joue plusieurs rôles dans la société. Hormis son rôle d’éducatrice, la femme congolaise contribue à la démocratie et à la paix. Sur le plan démographique, elle représente 52 % de la population congolaise, ce qui fait qu’elle puisse avoir une place de choix dans notre communauté.

Au cours de ce débat, la plus grande question était de savoir pourquoi les femmes ne participent-elles pas dans la gestion de la chose publique, alors que numériquement les femmes sont plus nombreuses que les hommes.

De la participation de la femme dans les instances de prise de décisions

Les femmes ne participent pas et ne sont pas représentées dans les instances de prise de décisions de notre pays, la question restée pendante quant à ce était de savoir pourquoi les femmes sont minoritairement représentées dans les établissements publics et privés. A cette question, à en croire les participants, les idées sont restées divergentes : d’une part, c’est parce que les femmes elles-mêmes ne se soutiennent pas, et d’autre part, c’est parce que les hommes n’accompagnent pas les femmes dans cette démarche. L’orateur a pour ce faire, invité les femmes à s’imposer dans la société :

Il est temps que vous puissiez vous relever et vous décomplexer chers femmes, car vous êtes des actrices incontournables pour le développement durable de notre pays.

a déclaré Sébastien Mbalanga.

A l’issue de cette conférence, Sébastien Mbalanga a, avant de conclure, formulé aux femmes les recommandations à mettre en pratique afin de protéger l’environnement et de lutter contre le changement climatique, notamment la gestion optimale de déchets de ménages, planter des arbres, le reboisement, la gestion de bruit sonore et l’assainissement du milieu. Tout cela doit commencer chez soi-même dans l’environnement immédiat de chaque femme.

Sachez que cette conférence a connu la participation de plusieurs autres agents et cadres des institutions publiques et privées de la place, ainsi que élèves filles, et ce, sous la houlette de Pierrot Loango, numéro un de l’INPP/Tshopo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *