6 décembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Politique

Kisangani : Kabuya et Osumaka, deux Augustins qui ne conjuguent pas les mêmes verbes sur la situation de la Tshopo

Pas de fumée sans feu, pas de de réponse sans question. Des réactions foisonnantes barrent les Unes des journaux de la presse boyomaise et des forums des réseaux sociaux d’analystes, notables et la classe sociale lambda de la population tshopolaise.

Des balles, des mots bien-sûr, se tirent de tous bords depuis l’arrivée et le discours tenu par le Secrétaire Général de l’UDPS, Augustin Kabuya, à Kisangani, le samedi 15 octobre dernier.

Si les uns critiquent la mobilisation faite à son accueil, largement couverte par les fidèles de l’église Cité de Refuge du révérend Pasteur Jules Mulindwa, nombre d’analystes politiques reviennent quant à eux, sur le fond de son discours devant la population.

Augustin Osumaka, député national élu de la Tshopo, contrarié, fait réplique aux propos tenus par le Président a.i de l’UDPS, qu’il qualifie d’un « aveu d’échec ».

Lors de son meeting populaire à l’esplanade de la poste, Augustin Kabuya a jeté au ruisseau la représentation de la Tshopo au niveau national par ses élus.

Vous avez fait confiance à des gens qui vous oublient après les votes. Ils se souviennent de leurs familles et vous abandonnent.

a-t-il lancé.

Comme si cela ne suffisait pas, il a affirmé devant la foule que :

Ceux qui ont détruit cette province ne sont pas d’ailleurs. Ils sont d’ici chez vous.

a-t-il ajouté.

Les propos que l’ancien maire de la ville de Kisangani, Augustin Osumaka, n’a pas cautionné. Il revient à la défense de ses collègues et rejette les responsabilités leur imputées par Kabuya.

Le plus grand responsable c’est le Président de la République lui-même

Le défenseur des élus de la Tshopo sur les propos du SG de l’UDPS pense que ce dernier, Augustin Kabuya, « s’est tiré lui-même la balle au pied en remettant la souffrance de la Province à la charge de ses élus. puisque, rappelle-t-il, le premier des élus c’est d’abord le Président de la République, ensuite ce sont les élus nationaux et provinciaux, ainsi que les sénateurs et les gouverneurs ».

Mais de qui se moque-t-on finalement ?

s’est-il interrogé.

Le Président de la République connait la ville de Kisangani et il sait que la ville de Kisangani souffre d’un déficit criant en électricité. La première dame aussi lors de son passage avait même cloué au sol l’ancien DG de la SNEL, pour dire que sans la résolution, ou sans que ce dernier ne trouve solution au problème du courant électrique elle ne pourra pas quitter Kisangani. Mais quel le résultat aujourd’hui ? La ville est totalement plongée dans le noir. Ce sont les élus qui ont bloqué ?

s’est-il interrogé à nouveau.

Outre le problème d’électricité à Kisangani, Augustin Osumaka a également révélé l’échec du Programme de 100 jours et du Projet Tilejelu qui n’engagent pas, selon lui, les élus.

Le Programme de 100 jours, ce sont toujours les élus que nous sommes, nous sommes venus à Kinshasa pour bloquer le développement de notre propre province, et donc même le projet Tilejelu qu’ils ont initié ?

poursuit sa question, en illustrant notamment le passage à Kisangani du Premier ministre Sama Lukonde.

Il est allé constater de visu la dégradation de la voirie urbaine ainsi que sa détérioration, sans toute fois aussi oublier la vétusté de la centrale qui fournit de l’électricité. C’est un aveu d’échec, nous ne pouvons pas suivre les élucubrations de monsieur Kabuya.
J’ose croire que c’est une preuve de légèreté, et d’ailleurs, ça dénote son incapacité à transmettre la vraie idéologie que leur a léguée le sphinx de Limete, Étienne Tshisekedi Wa Mulumba

rétorque ce membre du FCC.

Il a pour finir, appelé le responsable de ces propos injurieux à l’endroit des élus de la Tshopo, de respecter sa population et ses élus, en attendant la position et la réaction commune de leur caucus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *