26 novembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Médias

Kisangani – Journée nationale de la presse : une séance déontologique en guise de célébration

La République démocratique du Congo célèbre, le 22 juillet de chaque année, la journée nationale de la presse. A Kisangani, les chevaliers de la plume de différents médias ne sont pas restés insensibles à cette journée qui les met à l’honneur.

A l’occasion, une séance déontologique a été organisée ce vendredi 22 juillet 2022 à l’intention de la presse boyomaise, tenue au restaurant La Marmite, sous le thème provincial « Journaliste de la Tshopo face à l’éthique et déontologie professionnelle ».

Ces échanges ont connu la participation de quatre intervenants, tous assez expérimentés dans le domaine de médias.

Prenant la parole en premier, Aliana Alipanagama, journaliste passé par la Radio Okapi, a focalisé son intervention sur le comportement que devrait adopter un journaliste pendant les élections. Pour lui, dans cette période qu’il qualifie de « critique » et « très agitée », le journaliste est censé recueillir toutes les données nécessaires, notamment la connaissance de chaque politicien, ses origines, son parti… ainsi que la connaissance des institutions d’organisation des élections. Le tout, en restant au milieu du village, pour ne pas déraper à l’éthique et la déontologique du métier.

Les élections c’est une période très critique. Période où il y’a beaucoup d’agitation. Dans tout ça, nous journalistes, notre rôle c’est d’informer. Donner la bonne information à la population (…) Ne pas s’approprier les déclarations des hommes politiques. Savoir quel serait l’impact d’une d’une déclaration dans la société (…) Le journaliste doit savoir le sens de l’équilibre et de neutralité. Pendant les élections, le journaliste doit être neutre. Cette neutralité le protège. Il doit avoir une attitude d’indépendance.

a martelé Alipanagama, alors que de son côté, Gilbert Risasi de l’Observatoire des Médias congolais (OMEC), deuxième intervenant, a abordé le regard critique de comportement des médias pendant les grands événements. Ce dernier s’insurge contre le fait que certains journalistes s’accaparent certains événements, usant d’une certaine discrimination, en excluant certains confrères.

Quant à Sébastien Mulamba, membre du comité de l’Union nationale de la Presse congolaise (UNPC)/Tshopo, qui intervenait en troisième lieu, il a évoqué la situation actuelle de l’UNPC dans la grande Orientale. Pour lui, cette institution a un problème d’organisation au niveau provinciale, d’où, des élections s’avèrent de plus en plus urgentes.

Enfin, Kabongo Mbuyi, secrétaire exécutif de l’Observatoire de la Liberté de Presse en Afrique (OLPA), a pris la parole comme quatrième et dernier intervenant. L’invité surprise de cette séance déontologique a parlé de quelques actualités au niveau nationale, notamment de récentes arrestations des journalistes, dont celle de Jeff Kazadi au Katanga, ou encore Patrick Bohoto à Kinshasa.

Alors qu’un jeu de questions et réponses a sanctionné ces échanges entre les hommes et femmes des médias boyomais, tout s’est clôturé par un petit rafraîchissement dans une ambiance assez festive, pour célébrer cette journée nationale de la presse.

administrator
Journaliste ▶️Twitter : @EmeryKabongoM ▶️Facebook : @EmKabongo ▶️Instagram : @emery_kabongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *