1 avril 2023
Ville de Kisangani, RD Congo
Politique

Tshopo : « L’application de la bonne gouvernance souffre encore dans la province de la Tshopo » (Me. Blaise Munduka)

C’est au cours d’une conférence-débat tenue ce vendredi 20 janvier 2023 à l’espace américain au sein de la bibliothèque centrale de l’Université de Kisangani (UNIKIS), que des jeunes boyomais ont été sensibilisés sur les questions liées à la bonne gouvernance.

En effet, il était question dans cette messe du savoir, au regard des objectifs fixés par l’espace américain, nomment celui d’inviter les jeunes à améliorer la gestion de la chose publique partout ils sont entrain de travailler et pour ceux qui ne sont pas encore engagés dans la gestion de la chose publique, de les appeler à aspirer aux principes qui vont dans le sens de promouvoir la bonne gouvernance pour les mettre en pratique dans le futur.

Blaise Munduka, avocat au barreau de la Tshopo et conférencier, a centré tout d’abord son intervention sur la compréhension du concept bonne gouvernance, pour ensuite donner quelques principes de celle-ci. Enfin, l’orateur a donné des recommandations à la jeunesse et aux dirigeants de la province de la Tshopo, en vue de mettre en application la bonne gouvernance dans cette entité. Il s’est exprimé au micro de Kaba Lisolo au sortir de ces échanges :

Nous avons discuté avec les jeunes d’une part sur la bonne gouvernance, qui par définition est la façon de bien gérer la chose publique. Pour y arriver, il faut respecter un bon nombre des principes, notamment le principe de redevabilité, le principe de la participation et le principe de la représentativité, de la transparence dans la gestion de la chose publique. Nous avons voulu d’une autre part, nous rendre compte de la réalité dans la province de la Tshopo, si réellement ces principes s’appliquent, si on respecte effectivement les piliers de la bonne gouvernance dans notre province.

Répondant à la question de savoir si la bonne gouvernance s’applique dans la Tshopo, le conférencier a signifié noir sur blanc que l’application de la bonne gouvernance souffre encore dans la province de la Tshopo, en tenant compte des principes qui fondent la clé de cette bonne gouvernance, qui restent encore dans les textes et non dans la pratique.

En tenant compte de ce que j’ai évoqué ci-haut, la bonne gouvernance ne s’applique pas dans notre province, car les gestionnaires savent que ces principes existent, mais bien, de manière volontaire, ils ne les appliquent pas, et ce, au détriment de la population. Certains ignorent même ces principes. Raison pour laquelle le souhait était qu’au sortir de cette conférence, que les gestionnaires puissent améliorer leur façon de faire, leur façon de gérer la chose publique.

S’il n’a jamais été tard pour faire quelque chose, l’orateur a lancé un message fort aux jeunes gestionnaires de la province, pour que ces derniers puissent se lever et se ressaisir.

J’invite tous les jeunes qui ont une portion de responsabilité dans notre province à s’engager à bien gérer la « res pubica » ou la chose publique. Ne laissons pas cette tâche à certaines personnes, nous devons tous travailler, suivre les informations, nous soucier du développement de notre province.

Il sied de signaler par ailleurs que cette conférence débat avait eu pour thème « La bonne gouvernance comme fondement de la consolidation d’une société ouverte dans la province de la Tshopo ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *