28 janvier 2023
Ville de Kisangani, RD Congo
Securité

Les FARDC attribuent les massacres de Kishishe au M23 qui demande à son tour une enquête

Le mouvement du 23 mars M23 rejette en bloc toutes les accusations portées contre lui dans le massacre de population dans la localité de Kishishe dans la chefferie de Bwito, en territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu.

Selon un communiqué rendu public le jeudi 01 décembre par les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), les rebelles ont lâchement tué 50 civils dans la localité de Kishishe pour n’avoir pas accepté de se soumettre à leur gouvernance. Le même communiqué accuse ce mouvement rebelle d’avoir violé intentionnellement le cessez-le-feu issu du mini-sommet de Luanda.

Réagissant à ce communiqué, le M23 n’a pas hésité de sortir à son tour un communiqué rejetant en bloc toute les accusations portées contre lui. Dans ce document, ces rebelles accusent à leur tour les FARDC de les avoir attaqué dans le groupement de Bambo.

Suivez-nous sur Instagram

Willy Ngoma, porte-parole de ce mouvement, dit qu’ils ont respecté les traités internationaux de droits de l’homme et droit international humanitaire et qu’ils ne peuvent pas massacrer la population censée « être protégée par eux ». Ils disent enfin être prêts pour une enquête indépendante pour établir l’auteur de ces massacres.

Michel NDYANABANZI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *