26 novembre 2022
Ville de Kisangani, RD Congo
Société

Kisangani – 6 ans du cimetière Paradiso : quelques familles des inhumés réunies

Ce samedi 18 juin 2022, le cimetière moderne Paradiso Entre Lune et Soleil, célébrait ses 6 ans d’existence. À cette occasion, des familles des personnes inhumées dans ce cimetière se sont de nouveau recueillies.

Pour cet anniversaire, une messe d’action de grâce a été célébrée sur le lieu, en vue de prier, encore une fois, pour les repos des âmes de morts enterrés dans ce premier cimetière moderne de la ville de Kisangani.

C’était une occasion pour le célébrant de ladite messe, monsieur l’abbé Matthieu Libwale, de rappeler à tout un chacun l’importance du respect des morts.

Aujourd’hui les morts ne sont plus respectés (…). Lorsqu’on voit ce qui se passe dans des deuils, on se demande si ce qu’éprouvent les gens pour le défunt, c’est vraiment de l’amour. Les jeunes prennent le deuil comme une occasion de prendre de la bière. Ils y sont pour chanter des chansons obscènes. Certains y vont même jusqu’à se battre, à se disputer le cadavre…

a-t-il expliqué dans son homélie, en exhortant par ailleurs l’assistance à enterrer les morts dans des endroits sûrs, et non les jeter là où après quelques années, les tombes disparaissent ou sont transformées en maisons.

Abbé Matthieu Libwale

Prenant la parole à la fin de la messe, Barthélémy Musafiri, coordonnateur du cimetière, a fait un rappel sur le caractère sacré d’un cimetière, disant notamment que c’était un lieu à respecter. Il a par la suite parlé des mérites de son initiative, indiquant que celle-ci a contribué à la réduction du chômage dans la ville de Kisangani, bien que, dit-il, « le personnel est composé des autochtones ».

Barthélémy Musafiri

Après la messe, les familles des inhumés présentes sur le lieu, sont allées se recueillir devant les tombes des leurs, en guise des énièmes hommages, allumant quelques bougies pour l’occasion.

Créé le 18 juin 2016, le cimetière Paradiso Entre Lune et Soleil, a enregistré son premier à la date de son inauguration, celui de la regrettée Judith Mamie Lobela. Notons qu’à la veille de cette coupure de ruban, un enterrement avait été enregistré dans l’informel.

administrator
Journaliste ▶️Twitter : @EmeryKabongoM ▶️Facebook : @EmKabongo ▶️Instagram : @emery_kabongo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *